Fushia metal flower field

Mémorial site Krievkalna

Jean-Marie BESLOU, architecte DPLG

surface projet : 22000m²

mission : concours

situation : Krievkalna, Letonie

Face à l’histoire et tiraillé par des peuples belligérants, la Lettonie à connu un nombre de pertes de vie humaines très important.
Le projet propose de développer l’image de la fleur à travers les pages de l’histoire de la Lettonie : 600 000 fleurs réparties sur plusieurs parterres historiques dispersés sur la zone délimitée par le concours.
Une fleur de métal par disparu.
Chaque fleur est composée d’une tige de fer identique à celles utilisées entre autre durant la seconde guerre mondiale pour maintenir les fils barbelés (image forte de toute dictature et puissance guerrière). Sur la pointe supérieure de cette tige s’y trouve fixée une feuille translucide de couleur fushia sur laquelle est imprimée une terrible scène de ces pages d’histoire (torture, camps, champs de bataille…). Cette feuille est pliée de façon aléatoire pour transmettre l’image de pétales… La fleur apparaît alors. Chacune d’elles est éclairée par une led reliée à un fil électrique basse tension. De jour les tristes images se lisent par effets de transparence, de nuit la fleur s’illumine et prend toute son ampleur ; sa magie mémorielle s’envole dans le ciel sombre de la nuit…
Le visiteur se promène sur l’île de … dans un ensemble de champs en friche parmi lesquels des champs de l’histoire, des champs de lutte contre l’oubli, émergent pour faire garder en mémoire le sens de la vie humaine. A travers champs, comme à travers l’histoire, le visiteur se faufile, observe une fleur, une autre puis une autre encore. Une scène d’horreur, une autre puis une autre encore… Il lève les yeux et distingue ces champs, cette trace à la fois envoûtante par sa sinistre beauté, à la fois repoussante par sa sensible horreur. Le visiteur en perd son latin, comme on reste bouche bée devant un événement surprenant… Le devoir de mémoire est une force qui peut être séduisante.